VOTRE AUTO ECOLE à LAON

 PASSION CONDUITE

LE MOT DU DIRECTEUR 

Frank ARNAUD

Educateur en Dyspraxie

Diplômé BEPECASER (Brevet pour l’Exercice de la Profession d’Enseignant de la Conduite Automobile et de la Sécurité Routière) mentions B et A depuis 2002 – Formation CQP RUESRC (Certificat de Qualification Professionnelle, Responsable d’Unité d’Enseignement

 

de la Sécurité Routière et de la Conduite) mention « Encouragement » du jury.Formateur en éco-conduite et risques routiers (VL-PL-SPL). Mes différents permis A-B-BE-C-CE et bateau : fluvial et côtier. Passionné de la conduite.

QUI SOMMEs-NOUS

PASSION CONDUITE

PASSION CONDUITE

LES OFFRES

NOS FORMATIONS

\

LE PERMIS CYCLOMOTEUR- AM

\

LE CODE DE LA ROUTE - ETG

\

CONDUITE ACCOMPAGNÉE - AAC

\

FORMATION PERMIS B

\

CONDUITE SUPERVISÉE - CS

Le permis cyclomoteur et voiturette

Principe

Pour conduire un cyclomoteur ou une voiturette, les personnes nées à partir du 1er janvier 1988 doivent être titulaires du permis AM (ou du Brevet de Sécurité Routière). Les personnes nées avant le 1er janvier 1988 sont dispensées de ces titres.

La catégorie AM du permis de conduire est équivalente au Brevet de Sécurité Routière (BSR). Elle n’entre pas dans le régime du permis à points. Ce permis peut être délivré à partir de 14 ans à l’issue d’une formation spécifique de 8 heures, répartie en deux demi-journées et délivrée par les écoles d’enseignement de la conduite automobile.

Le BSR reste valide. Tout permis de conduire autorise la conduite des véhicules relevant de la catégorie AM. La carte sécurisée AM est valable 15 ans à compter de la date de sa délivrance. Cette validité est inscrite sur le document.

Cyclomoteurs

Type de véhicule

Cyclomoteurs de cylindrée inférieure ou égale à 50 cm3 et dont la vitesse est limitée par construction à 45 km/h.

Autorisation

Le conducteur doit être âgé d’au moins 14 ans et être titulaire du permis AM (ou du BSR) s’il est né à partir du 1er janvier 1988.

À noter

Depuis le 1er mars 2019, un équipement réglementaire (casques et gants homologués, chaussures, blouson et pantalon adaptés) est requis pour passer l’évaluation de la catégorie AM.

Le code de la route

LE CODE de la route

Les règles pour passer le code de la route ne changent pas…

Dans la nouvelle épreuve théorique générale (ETG), l’épreuve ne change pas et le candidat doit toujours répondre correctement à 35 questions sur 40 pour décrocher son Code.

… Mais les questions évoluent

La nouvelle banque de questions de l’ETG rend l’examen plus réaliste pour les candidats qui doivent à la fois :

  • connaître les règles du Code de la route
  • et comprendrepourquoi elles ont été mises en place

Les questions poussent le candidat à aiguiser sa prise de conscience des risques en conduisant.

Une réforme inscrite dans la politique européenne de sécurité routière

La Commission européenne entend réduire de moitié le nombre de tués sur les routes d’ici à 2020. Le renforcement des exigences en matière de formation des conducteurs fait partie des mesures prises pour atteindre cet objectif. Les jeunes conducteurs de 18 à 25 ans sont en effet surreprésentés dans la mortalité routière de tous les pays de l’Union européenne. En France, les conducteurs novices sont présents dans un accident mortel sur cinq.

Supports revisités

Vidéos et vues aériennes

Les nouvelles questions projetées aux candidats pendant l’épreuve du Code ont été réalisées à partir :

  • de clichés de véritables routes, rues ou giratoires
  • d’images numériques reproduisant des vues aériennes de situations de conduite.
  • de vidéos (10% des questions de la nouvelle banque) pour que le candidat se retrouve le jour de l’examen dans les conditions de conduite les plus proches de la réalité
Pédagogie renouvelée

Comprendre et pas seulement apprendre

L’accident de la route n’est pas une fatalité. La nouvelle épreuve s’inspire des recherches les plus récentes pour faire évoluer l’apprentissage de la conduite vers les notions les plus importantes de la vie du jeune conducteur.

Mais conduire est une tâche complexe qui doit mobiliser tout à la fois :

  • Stratégies
  • Connaissances
  • Valeurs sociales
  • Prises de conscience
  • Collaborations

Apprendre à analyser les situations pour s’adapter au mieux 

Premier principe du nouvel examen du Code : il ne suffit pas de connaître le Code de la route et d’en appliquer les règles à la lettre, pour être un bon conducteur.

Les nouvelles questions demandent aux candidats d’analyser les situations de conduite pour adapter au mieux leur comportement sur la route.

  • Ainsi ce n’est pas parce qu’une voie est limitée à 90 km/heure que l’on doit atteindre cette vitesse.

La nouvelle banque de questions intègre donc 1 000 nouveaux visuels, répartis en 9 thèmes, comme fixés par la directive européenne 2006/126 du 20 décembre 2006. Ces thèmes comportent différentes sous-familles, notamment celles concernant les gestes de premier secours ou la circulation inter-files des motards (mise en expérimentation par le décret n° 2015-1750 du 23 décembre 2015) :

  • Dispositions légales en matière de circulation routière
  • Le conducteur
  • La route
  • Les autres usagers de la route
  • Réglementation générale et divers
  • Précautions nécessaires à prendre en quittant le véhicule
  • Eléments mécaniqueliés à la sécurité de la conduite
  • Equipements de sécurité des véhicules
  • Règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement

Les questions ne seront pas plus difficiles mais nécessiteront pour les candidats de bien se former. Tout ce qu’ils vont devoir apprendre et comprendre leur sauvera peut-être la vie demain.

LA formation à la conduite accompagnée

CONDITIONS D'ACCèS

Quelles sont les conditions d’accès ?

Pour commencer la conduite accompagnée, il faut :

  • être âgé de 15 ans ou plus ;
  • avoir l’accord de son représentant légal et de l’assureur du véhicule.
  • avoir réussi le code de la route;
  • avoir suivi une formation pratique de 20 heures minimumavec un enseignant de l’école de conduite ;
  • avoir bénéficié d’une évaluation favorablede la part de son enseignant de la conduite et de la sécurité routière qui se matérialise par la remise de l’attestation de fin de formation.
LES AVANTAGES

L’apprentissage anticipé de la conduite permet :

  • de réduire la période probatoire du permis à 2 ans au lieu de 3 (les nouveaux titulaires du permis de conduire disposent de 6 points sur leur permis et doivent attendre deux ans sans infraction avant d’en obtenir 12) ;
  • de commencer la formation initiale en école de conduite (code et conduite) dès 15 ans ;
  • d’acquérir de l’expérience de conduite ;
  • de passer l’épreuve du permis de conduire à 17 ans et demi. En revanche, il n’est possible de conduire seul qu’à partir de 18 ans ;
  • d’augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire : 74% de chances de l’obtenir dès la première fois contre 55% par la voie de l’apprentissage traditionnel ;
  • souvent d’obtenir un tarif préférentiel sur son assurance « jeune conducteur ».
LES accompagnateurs

L’accompagnateur doit :

  • être titulaire du permis B (permis automobile) depuis au moins cinq ans sans interruption ;
  • avoir obtenu l’accord de son assureur ;
  • être mentionné dans le contrat signé avec l’école de conduite.

Il est possible d’avoir plusieurs accompagnateurs, également hors du cadre familial.

LE DéROULEMENT

La conduite avec l’accompagnateur se déroule sur une durée d’au moins un an et une distance parcourue de 3 000 km minimum.
Cette période débute par un rendez-vous préalable et est ponctuée de deux rendez-vous pédagogiques obligatoires.

  • Le rendez-vous préalable a lieu en présence de l’enseignant et du futur accompagnateur, au moment où l’enseignant estime que l’élève est prêt à conduire avec son accompagnateur. L’enseignant dispense alors ses conseils aux deux parties pour bien commencer la période de conduite accompagnée.
  • Le 1er rendez-vous pédagogique a lieu entre quatre et six mois après la date de délivrance de l’attestation de fin de formation initiale. C’est généralement un rendez-vous collectif avec d’autres élèves et leurs accompagnateurs.
  • Le 2e rendez-vous pédagogique a lieu après 3 000 km parcourus.

Lors de ces rendez-vous pédagogiques, animés par un enseignant de la conduite, les élèves sont invités à échanger sur leurs premières expériences et sur des thèmes de sécurité routière. Une phase de conduite est également prévue pour mesurer les progrès réalisés par l’élève et apporter les conseils nécessaires pour continuer la conduite accompagnée dans de bonnes conditions.

À noter

Pour les jeunes âgés de moins de 16 ans, la copie de l’attestation de recensement ou du certificat individuel de participation à la journée défense et citoyenneté (JDC) ou de l’attestation individuelle d’exemption n’est pas requise pour l’inscription.

Toutes les règles du code de la route doivent être respectées par vous comme par votre accompagnateur.

Mais en plus :

  • vous ne pouvez pas conduire en dehors des frontières nationales ;
  • vous devez respecter les limitations de vitesse qui s’appliquent aux conducteurs novices.

Attention : en conduite accompagnée, ayez toujours avec vous le formulaire de demande de permis de conduire ou sa photocopie, le livret d’apprentissage et le document d’extension de garantie de l’assurance. Seul le formulaire de demande de permis de conduire permet de justifier de la situation d’apprentissage de la conduite, en cas de contrôle par les forces de l’ordre.

La formation au permis b

Principe

Il permet de conduire les véhicules automobiles

  • ayant un poids total autorisé en charge (PTAC) qui n’excède pas 3,5 tonnes
  • affectés au transport de personnes ou de marchandises
  • conçus et construits pour le transport de huit passagers au maximum non compris le conducteur

Peuvent également être conduits les véhicules mentionnés précédemment, attelés d’une remorque lorsque le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque est inférieur ou égal à 750 kilogrammes.

 

Le permis B1 s’obtient par examen à partir de l’âge de 15 ans. Le programme de formation est identique à celui de la catégorie B, excepté en ce qui concerne la circulation sur les autoroutes et routes à accès réglementé. 

LES VéHICULES

Le permis B1 autorise à conduire les véhicules suivants : 

  • les tricycles à moteur dont la puissance du moteur n’excède pas 15 kW (20,4 ch) et dont le poids à vide n’excède pas 550 kg ;
  • les quadricycles lourds à moteur dont la puissance du moteur n’excède pas 15 kW (20,4 ch) et dont le poids à vide n’excède pas 400 kg pour le transport de personnes et 550 kg pour le transport de marchandises.

La conduite supervisée

LES CONDITIONS

Pour s’inscrire à la conduite supervisée il faut :

  • avoir 18 ans ou plus ;
  • avoir l’accord de l’assureur du véhicule.

On peut choisir la conduite supervisée :

  • soit au moment de l’inscription à l’auto-école ;
  • soit après un échec à l’épreuve pratique.

Pour y accéder, il faut :

  • avoir réussi le code de la route ;
  • avoir suivi une formation pratique avec un enseignant de l’école de conduite (20 heures minimum) ;
  • avoir bénéficié d’une évaluation favorable de la part de son enseignant de la conduite et de la sécurité routière.

Après la phase de formation initiale, le candidat doit :

  • Avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d’assurances sur l’extension de garantie nécessaire pour la conduite du ou des véhicules utilisé(s) au cours de la future phase de conduite supervisée. Cet accord précise le ou les noms des accompagnateurs autorisés par la société d’assurances à avoir cette fonction. Il est joint au contrat de formation de l’élève, qui précise les obligations relatives à la fonction d’accompagnateur et les conditions spécifiques à la conduite supervisée, ou à l’avenant au contrat de formation, si le choix de la conduite supervisée a été décidé après la conclusion du contrat.
  • Avoir obtenu l’attestation de fin de formation initiale (AFFI). Un exemplaire est transmis à la société d’assurances par le souscripteur du contrat de formation.

Après un échec à l’épreuve pratique de l’examen du permis de conduire, le candidat doit :

  • Avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d’assurances.
  • Avoir obtenu une autorisation de conduire en conduite supervisée. Un exemplaire est transmis, dès sa délivrance, à la société d’assurances par le souscripteur du contrat de formation.
LES AVANTAGES

La conduite supervisée permet :

  • d’acquérir de l’expérience de conduite à moindre coût pour compléter sa formation initiale et, en cas d’échec à l’examen pratique, d’améliorer ses acquis en attendant de le repasser ;
  • d’augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire : 74% de chances de l’obtenir dès la première fois contre 55% par la voie de l’apprentissage traditionnel.
ACCOMPAGNATEURS

L’accompagnateur doit:

  • être titulaire du permis B (permis automobile) depuis au moins cinq ans sans interruption ;
  • avoir obtenu l’accord de son assureur ;
  • être mentionné dans le contrat signé avec l’école de conduite.

Il est possible d’avoir plusieurs accompagnateurs, également hors du cadre familial.

LE déroulement

La conduite supervisée se déroule avec un accompagnateur.

Cette période débute par un rendez-vous préalable qui a lieu en présence de l’enseignant et du futur accompagnateur, au moment où l’enseignant estime que l’élève est prêt à conduire avec son accompagnateur. L’enseignant dispense alors ses conseils aux deux parties pour bien commencer la période de conduite accompagnée.

à noter

La durée du permis probatoire est de trois ans (comme pour la filière classique) : les nouveaux titulaires du permis de conduire disposent de 6 points sur leur permis et doivent attendre trois ans sans infraction avant d’en obtenir 12.

Le candidat ne bénéficie pas nécessairement de tarif préférentiel sur son assurance “jeune conducteur”.

Le centre d’examen au code de la route se situe au 74 avenue Charles de Gaulle à LAON 02000. (Centre de tri de La Poste)

NOS PArtenaires

J’attache une grande importance à travailler avec des partenaires locaux.

NOUS CONTACTEZ